Samedi 19 Mai 2012 au soir on décide d'aller manger un truc sur le Boulevard Saint Laurent. Plus on descend vers le downtown plus il y a de fêtards, normal...

On commence à voir des motards de la police en contre sens, ils précèdent un groupe de manifestants qui se déplace rapidement.

 

Le contraste est vraiment frappant. Les trottoirs sont remplis de clubbers bien habillés alors qu'au milieu de la rue a lieu une révolution.

 

 

Ils sont environ une cinquantaine à défiler. Des policiers lourdement équipés de masques à gaz, matraques, boucliers les suivent de près.

blog pvt canada montreal police manifestation revolution ggi manifencours cutv arrestation repression

 

Et là, les manifestants sont pris en sandwich avec un groupe d'autres policiers qui arrive en face, une seule solution pour les manifestants, prendre une ruelle qui les emmène dans la rue Saint Dominique. Sauf que là, d'autres policiers les attendaient pour les prendre en tenaille. Ils étaient tous coincés sur une sorte de petit parking.

blog

 

En bleu: barrages de police

En rouge: trajet des manifestants

 

On ne sait pas ce qui s'est passé après. Ont ils été matraqués? Ont ils reçu des gaz lacrymogène?

 

La rue Saint Dominique était bloquée sur un bloc, au nord

blog pvt canada montreal police manifestation revolution ggi manifencours cutv arrestation repression

 

et au sud

blog pvt canada montreal police manifestation revolution ggi manifencours cutv arrestation repression

 

Pendant une heure, les nombreux policiers ont prit les manifestants un par un. Ils les ont fouillé, leur ont mit des menottes serflex et les ont fait monter dans un bus avec des grilles aux fenêtres. (on le voit au font sur la photo du dessus)

 

Une fois dans le bus, on ne sait pas ce qu'ils faisaient, mais ce processus durait environ 3 minutes pour chaque manifestant. Les policiers entassaient des sacs plastiques sûrement remplis des chaussures et des biens personnels des manifestants (portable, clés, porte-feuille...). Mais ça on est pas trop certain, c'était assez loin, il faisait sombre et c'était dans le bus.

 

Une heure plus tard, le bus était chargé de manifestants et tout le cortège est parti.


Désolé pour la qualité des images, tout l'article est illustré à partir de photos/vidéos prises avec l'iPhone (on était juste sorti manger dans la rue, donc on a pas emmené notre matos)

 

 

Rappel des faits:

 

Le 22 Mai 2012, ça fera exactement 100 jours que le conflit aura commencé. Il y avait déjà eu des manifestations (on était même tombé sur une par hasard), mais les étudiants ont décidé de manifester toutes les nuits jusqu'à la victoire, et ce depuis 25 jours.

Si bien que le gouvernement a fait passer une loi en force qui a pour but (en gros) d'empêcher les grèves étudiantes et les gens de manifester. C'est la "loi 78", aussi appelée par les manifestants, la "loi matraque" parce qu'elle donne tous les droits aux policiers d'arrêter les groupes de plus de 50 personnes. C'est ce qui s'est passé ce samedi.

 

Et depuis cette loi, c'est l'escalade de la "violence", parce que ni le gouvernement ni les étudiants ne veulent céder. Mais bon... quand on dit "violence", ça se limite à quelques cocktails molotov, un incendie de cônes de chantier, des poubelles renversées, des bornes incendies ouvertes... et tout ça par une minorité de manifestants un peu plus furieux.

Donc rien a voir avec les manifestations qu'on a pu connaître en France en 2007 où des voitures étaient cramées, des vitrines cassées, des armes à feu étaient utilisées...

 

De leur côté la SPVM (police de Montréal) se contentait de canaliser les manifestants et sécurisait bien les itinéraires de défilé, mais depuis la loi 78 ils tirent dans la foule avec des flashball, envoient des grenades lacrymogènes, chargent les manifestants dans tous les sens en plein milieu de la circulation.

 

Bon, là on préfère préciser qu'on prend pas partie à ce conflit, on raconte juste ce qu'on a vu dans les rues (comme on l'a toujours fait lors de nos voyages sur ce blog). On ne sait pas quoi en penser, les étudiants se battent pour leur futur et les policiers font juste leur boulot. C'est assez compliqué.

 

Pour vous faire une idée, on vous invite à suivre les évènements en direct sur CUTV Montréal (enfin, si ils ne se font pas recasser leur caméra par la police). C'est une chaîne de télé indépendante, ils ont des reporters au coeur des manifestants, font des interviews (français/anglais) et surtout filment juste ce qu'il se passe pour que chacun voit la réalité. Les manifestations de nuit commencent tous les jours à 20h30 - soit 2h30 du mat en France - et le live de CUTV s'arrête vers 2h du mat' ici, donc 8h du mat' au pays du fromage qui pue.

Sinon vous pouvez suivre les manifestations sur Twitter avec les tags #GGI et #manifencours. La police de Montréal est aussi sur Twitter et donne des informations officielles en temps réel: #SPVM

 

 

Bref, voilà ce qu'on peut dire sur le sujet en tant qu'étrangers qui débarquons là dedans depuis moins de deux mois.

On hallucine de savoir que ce genre d'évènement se passe à peine à quelques centaines de mètres de chez nous, au coin de la rue. Même quand on est au calme à l'appart, sans vraiment penser à ce qu'il se passe, les hélicoptères de la police qui survolent la ville tous les soirs pour surveiller les évènements nous rappellent que ça doit chauffer en ville. Du coup on reste bien au chaud parce que la police commence à arrêter un peu n'importe qui à proximité des manifestations.

Par exemple, ce soir là, la police a "poivré" les clients d'un restaurant sur la rue Saint-Denis parce qu'un manifestant s'y était réfugié. On a suivi ça sur CUTV justement. D'ailleurs eux-même se font souvent bousculer par la police.

 

Malgré ça, la ville n'est pas non plus en état de siège, comme on le voit sur les vidéos plus haut, les gens continuent à sortir comme si de rien était. C'est juste que toutes ces manifestations sont imprévisibles, on ne sait jamais si ça va mal tourner et aussi où et quand ça va se passer. On peut très bien se promener dans une rue et ne rien voir et tomber au coin de la rue sur une émeute. On s'en est rendu compte à deux reprises, ce samedi où on partait manger et le soir où on faisait du géocaching.

 

 

Nous qui pensions arriver à Montréal pour manger d'la poutine et faire des photos d'écureuils tout mignons, on se retrouve dans un des plus grands conflit social de l'histoire du Canada! (M'enfin, ça m'empêche pas de manger plein de poutine quand même, hihi)

 

 

D'autres articles sur les manifestations qu'on a croisé ici et ici.

Retour à l'accueil